Titre
Nous sommes le Dimanche 30 Avril
A propos de la retraite
« Tout comme la plupart des anciens, tant que je pourrai dessiner, je le ferai et dans l'absolu, seule une raison me ferait arrêter : que le public ne me lise plus. En fait, je n'envisage pas vraiment la retraite et comme Lucien qui déclare : '' Un rocker, ça ne prend pas de retraite... Ça meurt la guitare à la main ! '' Un auteur de BD, ça meurt le crayon à la main ! »


A propos du temps qui passe
"Je prépare une série de sketchs pour Fluide Glacial, où il racontera – « De mon temps, c'était mieux ! » –, il y aura beaucoup de mauvaise foi. Le texte dira une chose et l'image sera en contradiction. Il y a eu de très bonnes choses dans les années 60, une certaine insouciance. On pouvait jouer dans la rue sans avoir peur, il y avait moins de chômage, etc. On peut être nostalgique mais on ne peut pas dire à nos enfants qu'on a vécu une époque géniale et que la leur est pourrie."


A propos de la guitare
"Tout a commencé à cause d’un inconnu qui m’appelait pour me demander un dessin de Lucien sur une Harley, avec une guitare dans le dos. J’oublie sa demande, il me rappelle gentiment, j’oublie à nouveau, il me rappelle encore et ainsi de suite. Comme il est sympa, je finis par lui faire son dessin. Je tente de le lui offrir, mais il veut me payer, chose que je refuse. Comme il est prof de guitare, il me propose d’échanger le dessin contre des cours. J’avais 47 ans, et commencer à cet âge avancé ne me paraissait pas très raisonnable. Mais je me suis lancé. J’ai débuté avec une guitare d’enfant qui traînait. J’ai souffert, je me suis accroché. "


A propos de Dennis'Twist
"Dans les années 80, pour Angoulême et pour rigoler, on a voulu avec Denis monter un autre groupe. Ce fut Dennis Twist, dont firent partie, entre autres, Jean-Claude Denis, Philippe Vuillemin et Dodo. Nous faisions ça pour rigoler, mais le mari d’une des choristes était ingénieur du son et nous a proposé d’enregistrer un disque. En 1986, nous sommes passés devant les pros dans les hit-parades, avec la chanson Tu dis que tu l’M. "


A propos de Joe Bar Team
"Joe Bar Team, quand on aime la moto et la BD, c’est la perfection absolue. Christian Debarre a complètement su retranscrire la moto, les mentalités de ceux de notre génération, celle des années 70. Avec un dessin à la Franquin, nerveux et souple. Un petit chef d’oeuvre. "


A propos de Ricky chez les Ricains
"J’avais envie que Lucien bouge, qu’il voit du pays. C’est un rocker qui a toujours vécu avec le rêve américain c’était donc logique que ça se passe là-bas. En plus c’est un pays que je connais bien et j’avais envie d’en parler. "


A propos de "Lucien, toujours la banane"
"Il y a beaucoup de vécu et d’observé dans cet album !... La PS, les devoirs, le piercing, le look gothique, l’appartement, la moto etc... Évidemment, il y a pas mal de moi chez ce "vieux" Lucien ... Mais physiquement je m’en sors un peu mieux !!!"


A propos de sa passion pour le dessin
"J’ai eu le goût du dessin dès l’enfance. Mon père était un artiste peintre décorateur, qui passait ses journées dans son atelier. Moi, j’étais un garçon timide, pas très bien dans sa peau, qui noircissait du papier au bic. J’inventais des histoires guerrières sanglantes, avec des soldats allemands ou des vikings. À l’école, mes résultats étaient très moyens. Mais mes parents se sont réjouis de ma passion pour le dessin et m’ont encouragé dans cette voie. "


A propos des difficultés des Humanoîdes Associés et de son transfert chez Fluide Glacial
"Quand le bateau a tangué, je n’ai pas voulu quitter le navire. Mais je savais que Louis Delas, le patron de Casterman [auquel appartiennent les éditions et le magazine Fluide Glacial], me voulait depuis quelques années. Même si je n’étais pas payé ces derniers temps, je suis resté aux Humanos. Jusqu’à ce que Fabrice Giger, le P-DG, me parle de la proposition faite par Louis Delas de racheter Lucien : cela semblait l’arranger car cette vente allait rapporter de l’argent. J’ai dit oui. "


A propos de Momo
"Je trouvais amusant de faire de ce héros un beur, pour mieux parler de notre époque. Parmi mes lecteurs, certains crétins ont fait la grimace en le découvrant, ils ne comprenaient pas le choix de ce personnage."


A propos de son style
" Je ne me sens aujourd’hui pas particulièrement fier de ma façon de dessiner. Mais j’ai tout de même nettement progressé par rapport à mon premier Lucien ! J’avais alors un gros problème de proportions : je travaillais dans l’urgence, mais de façon totalement décontractée. Avec le recul, il semblait que je dessinais du pied gauche, et mes textes étaient illisibles… "


Pied de page

Ludovic Duffez © 2008 http://frankmargerin.free.fr - Tous droits réservés ... à Frank Margerin !!! Ecrire au Webmaster