Warning: file_exists() [function.file-exists]: Unable to access /mnt/104/sdb/a/7/frankmargerin/or/templates/skins/audax_bd/img/style.css.php in /mnt/153/sdb/a/7/frankmargerin/interviews2.php(1) : eval()'d code on line 1
Frank Margerin
Titre
Nous sommes le Mercredi 29 Mars
Bienvenue chez Frank Margerin
Frank Margerin 22 novembre 2008
C'est qu'il n'est pas facile à joindre le Frank pour parler moto ! Mais entre deux séances de dédicaces de son dernier album, «Lucien toujours la banane», je vous emmène chez le célèbre dessinateur de BD et papa de Lucien, son sympathique rocker.


Pour une fois, ce n'est pas l'histoire de son héros qui m'intéresse, mais plutôt celle de Frank. Pas toujours évident d'ailleurs, car j'ai souvent du mal à faire la différence entre les deux personnages... Allez, Frank pour cette fois, tombe le casque et raconte-moi tes souvenirs de motard !

Ta première bécane ?

C'est un Solex que je me suis empressé de repeindre en rouge avec des fleurs blanches. Mais c'est avec une 125 Yamaha YAS piquée à mon frangin que j'ai vécu mes premières émotions dans le virage serré du tunnel de la porte de Champerret. Ce jour-là, j'ai bien failli aller droit dans le mur... La Yam était «montée sport», avec des guidons bracelet, et je me souviens que son moteur était assez pointu. Sur la route, j'avais l'impression d'être un centaure, rien ne pouvait m'arriver ! C'est elle qui m'a fait aimer la moto, je me souviens encore de l'odeur si caractéristique de la fumée d'échappement, parfum huile deux temps.


Et ensuite ?

Toujours motard, mais en passager derrière la 450 CB Honda d’Alain, un copain des ARTS'A (Ecole d'arts appliqués) qui me trimballait dans une ambiance Joe Bar Team. C'était le début des japonaises, Il suffisait de rouler à moto pour faire partie de la grande famille. Dans la rue, les gens nous regardaient souvent de travers.

Du tout-terrain ?

Oui, avec ma DTMX en Bretagne, je faisais du cross sur le chantier d'un barrage en construction au bord de la Villaine. En 1976, quand la Yamaha XT 500 est sortie, j'ai parcouru 5 000 km à son guidon avec des copains journalistes. J'en suis tombé amoureux ! En une semaine, j'ai passé mon permis gros cubes et je me la suis offerte. C'est ma seule moto achetée neuve. Un modèle de 1981 avec le réservoir en alu. C'est depuis vingt-cinq ans ma moto de tous les jours.

Tu es collectionneur ?

Un peu... Je possède trois anglaises, une Triumph Speed Twin de 1957, une BSA A7 de 1962 ex-gendarmerie et une Triumph 650 Bonneville 1968, achetée à l'époque en pièces détachées. Coté allemande, je roule parfois en BMW (NDLR : comme Lucien...)


Coté trial, ma Montesa Cota 247 et ma Bultaco Sherpa me rappellent mes randos bretonnes quand je partais à l'aventure sur les chemins. Les balades se terminaient parfois dans les cours de fermes avec des chiens à mes trousses.

Pas de Scooters ?

Ha si ! un des derniers Vespa PX, un modèle 2000 avec frein avant à disque. A son guidon, c'est la Dolce Vita que je ressens, comme avec mon vieux scoot 250 Bernadet de 1950, un des tout premiers modèles en super état d'origine. J'aime la philosophie de ces engins. D'ailleurs, je n'exclus pas de me faire un jour une concentration de scootéristes.


Tu sembles allergique aux motos modernes ?

Non, mais elles doivent avoir un minimum de pièces en plastique et posséder de belles rondeurs, tout en distillant un bruit envoûtant. Celles qui ressemblent aux motos anciennes me séduisent...Mais il y a toujours un truc qui me déplait : trop pointue, trop frime, trop à la mode, comme la Ducati Mostro.

Tes motos ressemblent beaucoup à celles de Lucien. Alors, qui c'est le copieur ?

Bah, c'est Lucien, bien sûr ! Je lui dessine uniquement des bécanes que j'ai essayées avant. Pas question qu'il roule avec n'importe quoi, je tiens trop à lui...


Jean-Marc Navarro





Lire d'autres interviews
Pied de page

Ludovic Duffez © 2008 http://frankmargerin.free.fr - Tous droits réservés ... à Frank Margerin !!! Ecrire au Webmaster